Ce guide établit un comparatif des avantages/inconvénients techniques, fonctionnels et économiques des différents types de parking : parkings enterrés ou aériens, parking aériens métalliques et/ou béton, parcs de stationnement ouverts R et parkings multi-niveaux > R+2.

Les différents types de parking

Un parc de stationnement est un lieu spécialement aménagé pour le garage des automobiles. On distingue les parkings en surface, les parkings souterrains ou fermés, les parkings aériens à étages, les parkings ouverts, les parkings ou parcs relais (P+R).

Le parking de surface se situe de plain-pied, à l’extérieur, sur l’espace public ou privé. Ce type de parking comprend le stationnement en voirie (places le long d’une rue, d’un quai, etc.) et les espaces dégagés à cette fin entre des bâtiments, ou établis sur des anciens champs, des anciens terrains vagues, etc.

Les avantages du parking aérien en surface sont multiples :

  • des facilités d’accès et de manœuvre
  • un sentiment général de sécurité lié à l’absence de poteau
  • un accès piéton rapide à l’ensemble des places de stationnement
  • aucun risque de confinement d’un incendie

L’inconvénient majeur du parking en surface (notamment en milieu urbain et zone commerciale) est son emprise importante au sol alors que le foncier a un coût élevé et son empreinte écologique, alors que les réglementations (comme la loi ALUR) renforcent les contraintes pour lutter contre l’étalement urbain et l’imperméabilisation des sols. Par exemple, le ratio surface au sol des aires de stationnement/surface de plancher des aires commerciales est divisé par un facteur 2 à partir de janvier 2016.

En ville ou sous les aéroports, sous les bâtiments de certaines zones d’activité, souvent sur plusieurs niveaux, le parking souterrain permet d’économiser le foncier. Chaque niveau de stationnement s’apparente à un parking classique, à la différence que l’air y est plus confiné et pollué, que le sol n’y est pas lessivé par les pluies, qu’il peut être recouvert d’un revêtement particulier et que l’on y retrouve des piliers à intervalles réguliers pour soutenir la structure. Des rampes permettent de passer d’un niveau à l’autre. Des ascenseurs ou des escaliers permettent aux occupants des véhicules, une fois ceux-ci garés, de remonter à la surface.

Dans plusieurs pays (dont la France), les parkings souterrains sont désormais obligatoires pour toutes les constructions d’immeubles d’habitation dans certains zonages urbains, avec des prescriptions en matière d’aération, lutte contre l’incendie, sorties de secours, etc.

Les inconvénients majeurs du parking souterrain sont son coût de construction élevé (notamment avec les piliers de structure qui limitent l’espace utilisable) et les contraintes réglementaires élevées en termes de sécurité (dont incendie), de pollution (évacuation de l’air pollué), écologiques ( impact sur les nappes phréatiques)

L’avantage du parking souterrain est son un impact limité sur le paysage urbain puisqu’il est pratiquement invisible de la surface à l’exception des voies d’accès et des sorties de secours.

evo-park-parking-ouvert-multi-niveaux-structure-metallique

Un parking aérien à étages est un bâtiment construit en élévation à l’extérieur. Son mode de fonctionnement ressemble beaucoup à celui du parking souterrain à la différence qu’il ne demande pas de lourds travaux de creusement. Là aussi des rampes permettent de monter ou de descendre les étages en voiture, et il y a des ascenseurs et des escaliers pour les piétons.

Il existe différents types de parkings à étages selon le mode de construction (en béton, à structure métallique, ou mixte béton/métal), la configuration des rampes d’accès et de circulation entre les différents niveaux.

Du fait de leur forme, les parkings à étages sont également appelés parkings silo même lors de construction semi-enterrées.

Les avantages du parking aérien sont nombreux : avantage économique avec un coût de construction réduit de plus de moitié par rapport à un parking souterrain, avantage sécuritaire notamment en cas d’incendie grâce à sa structure en ventilation naturelle, avantage ergonomique avec un meilleur confort d’utilisation et une meilleure manœuvrabilité dus à la diminution du nombre de piliers notamment avec les portées longues jusqu’à 16 mètres, avantage écologique avec une empreinte au sol réduite (imperméabilisation au sol) ou de risque de pollution des nappes phréatiques.

L’inconvénient des parkings aériens à étages peut résider dans son impact esthétique dans l’environnement, mais de nombreuses solutions de personnalisation et d’habillage permettent une liberté architecturale des façades pour fondre l’édifice dans son environnement.

evo-park-parking-silo

Un parking en superstructure largement ventilé est un parking dont la ventilation est assurée par des baies latérales de ventilation. La ventilation y est naturelle, elle permet les échanges d’air extérieur et intérieur sans participation mécanique. On parle également de parking ouvert.

Un des grands avantages du parking PSSLV est l’économie d’énergie électrique en lumières car on profite de la clarté extérieure via les ouvertures en façade.

A noter que, depuis l’arrêté du 9 mai 2006 relatif aux parcs de stationnement ouverts, la loi autorise la construction en ossature métallique des Parcs de Stationnement en Superstructure Largement Ventilés (PSSLV) avec un cahier des charges précis imposés par la législation (Parking obligatoirement aérien, 50 % d’ouverture sur les façades, 5 % sur le plancher, Distance entre façades opposées maximum : 75 m).

Les parcs relais (P+R) se trouvent en périphérie des villes.

Ces parkings sont subventionnés par les collectivités car ils favorisent la mobilité générale et la mutualisation des moyens de transports publics ou privés notamment avec la pratique du co-voiturage.

Les parcs relais sont généralement positionnés aux abords immédiats des villes et à proximité des gares routières ou ferroviaires, des stations de métro ou de tramway, des arrêts de bus…

La logique de cette implantation est de favoriser la mixité des moyens de transports (dont le co-voiturage) afin de désengorger la circulation dans les centres urbains et de réduire l’impact écologique et économique de l’automobile (réduction de la pollution de l’air, réduction des dépenses en essence).

Il existe différents types de parking relais en fonction des contraintes du foncier ou de l’urbanisme environnant : parcs aériens, parkings aériens à structure mixte métallique/béton, parkings à silo.

Parking relais Rotonde © meyzaud et architectes
© meyzaud et architectes

Notions de coûts de construction des parkings